Bretagne

Bienvenue dans le groupe « Motard sans moto »

Ecrit par Cath

Il est toujours compliqué de voir une page de sa vie se tourner. Vendre sa moto c’est laisser s’échapper une partie de soit…

Le jour on nous avons pu liker le groupe « Motard sans moto » sur Facebook…

Tout jeune, et quand l’aisance de ne pas payer de loyer nous le permettait, nous avons, Amour et moi, passé notre permis moto. A l’écouter c’était pour « ne pas avoir à repasser le code plus tard mais on est pas obligé d’acheter de moto tout de suite ». Évidement, l’après midi qui a suivie l’obtention de son permis, et alors même que je n’avais pas encore le mien, nous achetions notre SV 650S d’occasion.

Mais voilà, tel que vous me lisez là tout de suite nous n’avons plus vraiment le temps de se faire des petites balades à moto et elle reste depuis un moment sous le hangar. Nous avons donc pris la décision de la vendre. C’est un jeune Morbihannais qui s’est pointé ce matin, chèque de banque en poche et des étoiles dans les yeux.

Cette moto, ça nous fait bizarre de la vendre, elle représente une jolie page de notre vie, et quelques déconvenues avec la pluie Bretonne. En plus, c’est d’autant plus sentimental pour moi parce que le changement de sa fourche d’origine par une de GSXR 1000 a été le premier chantier sur lequel Amour et mon père ont travaillé ensemble dans le garage de ma maison d’enfance. Depuis, on vit loin de mes parents et cette maison a été vendu.

Dans ce garage j’ai vue mon frère démonter et remonter sa mobylette, puis sa Super 5 ainsi que mon papa se charger de toutes les voitures qu’on a pu avoir. Petite, je plongeais les mains sous le capot des voitures et m’étalais du cambouis sur la frimousse pour faire « comme eux », je m’imaginais en super mécanicienne sur mes rollers. Alors voir Amour et mon père mettre les doigts dans le cambouis en partenariat dans ce sous-sol, c’est un souvenir fort.

Mais la vie avance, et depuis on a appris à manier le béton et les plaques de plâtre… Le SV, ce n’était plus qu’un lien avec nos souvenirs coûteux en assurance. La vendre était le choix le plus raisonnable. Avec elle est partie mon beau blouson en cuir, car l’acheteur est venu avec sa copine. Nana très sympa, elle m’a demandé si la SV était confortable à l’arrière. Non ma grande, tu vas être toute tassée derrière lui, a encaisser les freinages les mains posées sur le réservoir, mais c’est pas vraiment important. Parce que c’est cool et puis c’est tout.

J’ai adoré passer mon permis, apprendre à conduire une moto, tenir tête à cette garce de l’auto école qui m’a trouvée « trop petite pour conduire une moto » et vivre cette sensation de liberté assise sur un moteur ronronnant posé sur le vent. J’aimais aussi l’image d’être « une petite nana sur une grosse moto », la plupart des filles ne se contentant que d’être passagère, moi, j’avais la classe. Ca me rappelais les heures que j’ai passé enfant à chanter « Je n’ai besoin de personne en Harley- Davidson ».

Bref, tout ça est passé, notre SV est vendu, j’espère qu’il en prendra soin.

Photos de notre SV650S et du changement de la fourche

A propos de l'auteur

Cath

Écrire, c'est mettre à plat le bordel qu'on a dans la tête. Depuis qu'on a quitté Paris pour la Bretagne, du bordel il y en a dans ma tête !

5 Commentaires

  • Je me rappelle comme tu était fière de conduire cette moto ou parfois tu étais obligée de sauter pour en descendre, ton permis moto nous a laissé un très bon souvenir, mais avec des inquiétudes AUSSI ,,,,, Garde les plus beaux souvenirs avec ta jeunesse aussi.

  • Cela me fait drôle a moi aussi,des souvenir bien sur, mai surtout ce que Cath et capable de mettre en évidence dans ce texte .Une page se tourne une autre arrive .

  • triste en effet… mais en même temps c’est le prélude à autre chose… je me souviens moi aussi de ce premier « ouvrage » à quatre mains, et la fierté de mon fils quand il a réussi, avec l’aide d’Henri ! mais si une page s’est fermée, une autre s’ouvre, alors, vivent les pages blanches… et la suite de vos aventures !!!! énormes bisous !!!!

Laissez un commentaire