Animaux

Naissance des chevreaux

Margoulette, notre chèvre naine nous a fait le plaisir de mettre bas ce vendredi 20 février !

J’attendais la visite d’un installateur de véranda vers 17h 30 alors à 17h15 je sors pour profiter des petits, que nous avons décidé d’un comme un accord (mais j’étais plus d’accord qu’Amour), d’appeler Belote et Rebelote.

Quelle ne fût pas ma surprise de voir la poche amniotique de Margoulette ! Si Bergamote était très expressive pendant sa mise bas, Margoulette quant à elle ne faisait quasiment pas de bruit mais à la fréquence de ses contractions et grâce à ma nouvelle expérience de sage-chèvre, j’ai sue qu’on y était presque. Alors c’est partie, je lui parle, la caresse et l’encourage, la belle, allongée, se donne à fond. Je jette un œil curieux à son arrière train et constate avec émotion que quelque chose sort déjà !

Seul bémol, la dernière fois que j’ai vue ça, il y a à peu près quatre jours, j’ai d’abord identifier des onglons, puis une tête et enfin un corps. Mais là, ce que je vois est rose et en arc de cercle… Je cherche bien, qu’est ce que ça pourrait être ? J’imagine qu’il est en siège, mais ça ne colle pas… Je regarde mieux et comprends alors que c’est sa langue (ou peut-être ses gencives, qui sait…) ! La tête, énorme qui plus est, sortait avant les pattes.

Un peu déboussolée je cherche ce que je peux bien faire parce que les pattes vont bientôt arrivées, mais ça fait un sacré diamètre à passer ! Margoulette, surement plus expérimentée que moi, ne se démonte pas, pousse calmement et en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire sort une petite biquette. Tout le portrait de sa mère, la même robe et les grelots (pampilles pour les connaisseurs) sous le menton. J’attrape la puce et l’apporte à Margoulette qui la lèche avec enthousiasme !

Attendrie je les regarde faire connaissance, bénissant le mec des vérandas de ne pas être en avance ! Et le ventre de ma chèvre se recontacte rapidement et régulièrement. Je rejette un œil à son derrière et découvre une seconde tête et une patte sous le menton! Les contractions s’arrêtent quelque peu et Margoulette est toute entière au nettoyage de son premier chevreau. Inquiète que le second reste la tête coincée je retire le premier à Margoulette qui reporte instantanément son attention sur les poussées et l’autre sort sans mal. Seul bémol, il a une patte derrière la tête, tout emmêlée. Je lui remet en place, le repose avec sa sœur et constate que cette nouvelle demoiselle est toute noire et gigantesque ! Bonne mère la biquette lèche les deux petits qui sont posés près de son ventre.

Ce même ventre qui se contracte de nouveau… Là je me dis « non, c’est le placenta… à moins que… ». Une poche sort de là, assez sombre et informe pour que je crois quelques secondes à l’éjection du placenta. Sauf que dans cette poche qui est posé derrière les fesses de ma chèvre se trouve des petites pattes blanches qui ne bougent pas. Je tente alors de la percer, et ce n’est pas chose aisée laissez-moi vous le dire ! Je tire sur les membranes avec l’impression de ne jamais y arriver, une fois, deux fois, trois fois et j’ai enfin accès à un minuscule petit chevreau. Il ne bouge pas, ne respire pas et j’entends la voiture du représentant qui arrive dans l’allée.

Me rappelant de ce que j’ai pu lire un peu partout je lui retire ce qu’il peut avoir dans la bouche et le frotte énergiquement en braillant des « respire, allez respire » sachant pertinemment que le type dehors m’entends mais sur le coup c’est le dernier de mes soucis ! Sur le moment je cherchais de la paille sèche, mais pendant la mise bas Margoulette a tout mouillé, bien plus que Bergamote alors je me contente de quelque chose d’à peu près propre. Enfin le seul mâle de la portée se décide à respirer ! Je vous laisse imaginer le soulagement… Je le donne a la maman, préviens le monsieur des vérandas que j’arrive et constate avec effarement que si les deux premières sont aussi grandes que leurs demi-sœurs de 4 jours, le dernier est vraiment tout chétif. J’allume la lampe chauffante et laisse ma supère chèvre faire le reste.

Une heure plus tard Amour et moi revenons voir ce petit monde et tout le monde est en vie, presque déjà stable sur leurs pattes mais pas tout à fait sec. Trois boules de poil à lécher semble demander plus de boulot et Margoulette a trop faim pour finir tout le monde. C’est ainsi que le petit mal est resté avec un épis sur la tête et les deux oreilles tombantes depuis. Peut-être que ça n’a rien à voir, je ne sais pas, mais les oreilles tombantes ne sont pas rependue chez les chèvres naines…

Plus tard ce soir là, je me suis aperçue que dans le feu de l’action j’avais oublié mon appareil photo dehors, et une foi n’est pas coutume, il pleuvait en Bretagne. Ni une ni deux, je sorts, avec deux pulls (mais sans pantalon) le récupérer. Oui sans pantalon, parce que quand on regarde un film chez nous on fini sous de multiples plaids et pour se thermos-réguler, moi, j’enlève mon fute ! On a la classe ou on l’a pas, que voulez-vous !

Pour info, je les ai pesé comme j’ai pu, il semble que :

  • Belote (1ère de Bergamote) à 4 jours pesait : 1,6kg
  • Rebelote (2nd de Bergamote) à 4 jours pesait : 1,6kg
  • Femelle n°1 de Margoulette à quelques heures de vie pesait : 1,6kg
  • Femelle n°2 de Margoulette à quelques heures de vie pesait : 2kg
  • Mâle n°3 de Margoulette à quelques heures de vie pesait : 1,3kg

Ça ne m’étonne pas que Margoulette avait l’aire d’une barrique sur patte en fin de gestation avec près de 5kg de bébé dans le ventre !

Pour voir toutes les photos, cliquez sur la première en haut de l’article

A propos de l'auteur

Cath

Écrire, c'est mettre à plat le bordel qu'on a dans la tête. Depuis qu'on a quitté Paris pour la Bretagne, du bordel il y en a dans ma tête !

Laissez un commentaire