Romanesque la folle aventure de la langue française

Couverture Romanesque
Éditions :Broché (Français)
Pages : 396

Dans Romanesque, la folle aventure de la langue française par Lorant Deutsch, on découvre rapidement que l'ancêtre du français n'est pas le gaulois, n'en déplaise à Asterix, mais bien le "roman". Cette langue, issu du latin que Jules César nous a apportée en devenant le vainqueur de la Gaule.

Mais si c'était tout l'aventure ne serait pas si folle que ça. Non, il faut déjà comprendre que ce latin, que la Gaule a parlé pour assurer les échanges commerciaux notamment, il a été nourri, tordu, modifié, enrichie par toutes sortes d'influences nées d'invasions et de conquêtes. A tous les puristes du Fraco Français qui rechignez à utiliser des anglicismes, lisez ce livre et découvrez qu'il y en a déjà tant dans nos mots. Que dire de l'arabe, du germain, du grec, du vicking...

Le français, c'est un parler qui, décidément, ne veut pas tenir en place, chaque génération y apporte sa marque. Et aujourd'hui le langage SMS, le franglais et l'argot continue de le nourrir cette langue vivante.

Parution :
Maison d’édition : Michel Lafon
Genres :
Étiquettes :
Extrait :

... pour revenir aux revendications exprimées par les femmes, on peut se demander si ce mot -- femme -- est bien adapté... C'est pourtant déjà un progrès : dans les siècles précédents, en effet, on utilisait le vieux terme moillier, un mot dérivé du latin mollis, faible, comme on dit encore parfois "le sexe faible". D'ailleurs, le terme à subsisté en italien, en espagnol, en portugais... moglie, mujer, mulher. En français, en revanche, si "mousquère" existe toujours en argot pour désigner "le sexe faible" la moillier a été remplacée par la femme. Mais hélas ce n'est guère mieux... savez-vous ce que signifie vraiment ce mot issu du latin femina ? Il est dérivé de fellare, sucer. Pas au sens trivial qui viendra aussitôt à l'esprit de certains, non ! En réalité, on fait allusion ici au bébé tétant le sein de sa mère.

LIRE PLUS

Le terme femina désigna d'abord la femelle animal, puis s'étendit à la femme, la réduisant à son rôle de reproductrice. Le "féminisme", apparu au XIXe siècle, est  donc presque un oxymore, une expression contradictoire. Comment vouloir l'émancipation de la femme et en même temps la désigner uniquement par sa fonction maternelle ? Sans doute serait-il judicieux d'opter pour le mot dame, vocable  issu de domina, féminin de dominus. La "maîtresse de maison" -- c'est le sens premier de domina -- ici placée au même niveau lexical que l'homme, "maître de maison".

REGROUPER

Mon avis sur Romanesque, la folle histoire de la langue française.

Tout d'abord, il faut savoir que j'ai repris la lecture avec ce livre. Peut-être pas le plus simple à parcourir à 6h le matin alors qu'on ne rêve qu'à son lit... Mais, une fois le plis pris, l'envie de lire retrouver, c'est un ouvrage étonnamment léger pour traiter un sujet si massif que l'histoire de la langue française. Sur ce point, Lorant Deutsch a vraiment excellé dans l'exercice.

Très régulièrement dans le livre, de petits encarts viennent ponctuer ce cours magistrale d’anecdotes sur des expressions qu'on utilise aujourd'hui sans même se poser de question. On y découvre par exemple l'explication du doigt d'honneur et de l'expression "sauter du coq à l'âne"...

J'ai par contre, avec ce livre, pris conscience de l'ampleur de mon ignorance historique. Décidément, apprendre des dates par cœur à l'école n'a laissé aucune emprunte dans ma mémoire. Mais, ce livre a remis un peu d'ordre chronologique dans tout ça, bien qu'il faudrait que je le relise une ou deux fois de plus pour fixer le tout.

Par ailleurs, en lisant Romanesque, j'ai compris autre chose, ce français qu'on s'est obstiné à m'enseigner tel qu'il est dans les livres depuis quelques décennies aura déjà changé avant que mon fils ai son bac !

Ce qui m'a amené à ouvrir mes chakras et ma façon de voir la sacro-sainte orthographe ! Je partage ici un TedX qui raisonne avec Romanesque, et qui vient le compléter à quelques égards.

A propos de l'auteur

Cath

On dit qu'écrire, c'est mettre à plat le bordel qu'on a dans la tête. Perso, depuis qu'on a quitté Paris pour la Bretagne, du bordel, il y en a dans ma tête !

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.